mercredi 24 décembre 2014

Noël à La Réunion



Baie de Saint Paul en venant de Saint Gilles


Nous sommes en plein été. Le thermomètre avoisine en journée les 30°. On cherche le fraicheur en allant vers les hauts. La mer renvoie une lumière éclatante alors que en fin de journée les hauts se couvrent de nuages effilochés poussés par les alizées. La chaussée royale à Saint Paul est quasi vide. Les palmiers agitent leurs feuillage dans le vent.

Saint Paul-La chaussée Royale la veille de Noël


C'est le moment où la nature est exubérante. Les bougainvilliers explosent de couleurs à chaque angle de rue. Plus majestueux les flamboyants se parent de multiples fleurs rouges au long des routes et des chemins.
Les flamboyants route de La Plaine


Les discrètes orchidées soigneusement soignées sur des balcons ombragés se parent de couleurs délicates.


De multiples vendeurs s'installent au bord des voies de circulation pour offrir de succulents litchi et des mangues. Les litchi sont de petits fruits recouverts d'une peau râpeuse d'une beau rouge prometteur d'une chair blanche délicieusement sucrée.
marchand de Litchi


Les réunionnais préparent le repas qui sera pris après la messe de minuit. Ce sera souvent un carry au fumet délicieux . Le cari se compose au départ d'une sauce à base de tomates , ail et oignons dans laquelle on fait cuire dinde, coq, bichique, thon espadon etc. Le plat est servi accompagné de riz , des grains c'est dire des légumes secs en sauce, des lentilles et un petit ravier contenant une sauce pimentée.

Les familles et les amis se regroupent. Ils patientent en écoutant parfois assez fort des chants de noël sur des rythmes de maloya. L’apéritif sera sans nul doute un rhum « arrangé » selon des secrets familiaux .

En attendant les enfants font partir quelques pétards ou des feux d'artifice. Mais ce sera au jour de l'an que l'ile s'embrasera sous les multiples explosions colorées.
marchand de feux d'artifices


Les églises s’apprêtent à recevoir de très nombreux fidèles et sont intérieurement décorées de fleurs coupées.
Église de Bois de Nèfles. Elle fut bénie le 18 février 1848 année de l'abolition de l'esclavage et est depuis présentée comme un mémorial de l'abolition de l'esclavage.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire